SOLEIL D’AUTOMNE

C’est encore une fois le volcanisme qui a orienté notre choix. Dans les Cyclades grecques, l’île de Santorini est en effet ce qu’il reste du volcan éponyme après l’éruption minoenne qui en a englouti la majeure partie il y a environ 3500 ans. Au centre de cette vaste caldeira immergée se dressent 2 îlots postérieures à l’éruption : Paléa Kaméni et Néa Kaméni. On y découvre des paysages noirs, quelques fumerolles, des sources chaudes sentant l’œuf pourri et une ou deux concrétions soufrées.

Nous avons longuement écarté cette destination car nous imaginions plein d’asiatiques venus se marier, plein de spots Instagram et des fêtes un peu tape-à-l’œil. Quant à la carte postale en bleue et blanc, sans l’avoir vue nous pensions l’avoir déjà trop vue ! Tout est vrai mais le charme opère quand même, c’est propret, élégant et charmant.

Fira depuis Nea Kameni
Oia avant le crépuscule

Pour éviter la foule bling-bling et parcourir facilement l’île, loger à Fira est une bonne option. Centrale et bien desservie par les sentiers de randonnées et le réseau de bus, la ville est assez grande pour se perdre dans ses ruelles et elle offre un accès facile au volcan. Au nord, la trop célèbre Oia est accessible par un chemin de randonnée en balcon sur la caldeira depuis Fira, ce qui permet de varier les plaisirs entre 2 splendides villages blancs accrochés aux falaises.

Fira vue d’en bas
Imerovigli depuis Skaros Rock

L’est de l’île offre également de belles surprises. En effet, cette île pelée par le vent abrite 1400 hectares de vignes ! A Messara, la famille Koutsoyannopoulos a créé un musée du vin intéressant et la dégustation de leur gamme de vins locaux a été une excellente découverte. Plus loin, dominant les stations balnéaires de Kamari et Perissa, le site archéologique de Théra permet de prendre de la hauteur et de remonter le temps…

Kamari vue de Thera

C’est donc un séjour paisible et varié que nous avons vécu sous le soleil de septembre. Et les bonnes adresses sont nombreuses malgré le flot touristique souvent synonyme d’attrape-touristes. Souvenir d’un amer sucré à la fraise face au coucher de soleil au son de Don Giovanni, merci à Mozart et au Franco’s Bar. 

Santorini vu du ciel

Laisser un commentaire