ANAK KRAKATAU EN ÉRUPTION

Un peu d’histoire

L’éruption du Krakatau en août 1883 est la plus forte jamais enregistrée : l’équivalent de 13.000 bombes atomiques, un bruit entendu jusqu’en Australie et l’île Maurice mais aussi un bilan humain dramatique avec plus de 36.000 morts. Les explosions sont alors si puissantes qu’elles détruisent intégralement l’île-volcan. Elle ressort des eaux en 1927 après des années d’activité sous-marine. A partir de 2009, les phénomènes éruptifs sont réguliers et nous incite à nous y rendre une première fois en 2012. A notre arrivée, pas de signe d’activité inquiétant et nous pouvons en faire l’ascension et même descendre dans le cratère. [Photos de Java] . En 2018, il entre à nouveau en éruption et cette fois-ci, on saute sur l’occasion pour ne pas le rater en pleine activité, spectacle garanti ! On espère…

Vivre une expérience unique

Ce bivouac de plusieurs jours en tête à tête avec le volcan et la vie rien que pour lui, à son rythme… C’est sans nul doute le moment le plus marquant à ce jour pour les volcanophiles que nous sommes. Arrivés en bateau sur Rakata, nous montons le camp avec Anak Krakatau en ligne de mire et seulement deux kilomètres de mer nous séparent. C’est le luxe de la solitude. L’activité volcanique est régulière, un panache toutes les 10 à 30 minutes de jour comme de nuit, et le spectacle est [bizarrement] à chaque fois différent. Chaque jour, la contemplation est ponctuée de sorties en mer pour observer le volcan sous toutes ses coutures, une approche terrestre du cratère en éruption, la découverte des fonds marins en snorkelling et les délices de la cuisine indonésienne grâce à l’inventivité de notre cuisinier. Que du bonheur !

Quel bruit !

D’abord le nuage de cendres se développe puis le son éclate, faisant vibrer les tympans et les os. Depuis notre plage, ce craquement typique atteint nos oreilles alors que nos yeux voient déjà le panache de fumée depuis quelques secondes. Au pied du volcan, tout est instantané ! Le son du gaz qui s’échappe puis la pression fait tout exploser. Les rochers en fusion sont alors propulsés haut dans le ciel avant de rouler sur les  flancs du volcan, comme s’il grêlait autour de nous. Plus le panache est sombre et plus il y a de matière qui retombe, plus la grêle est intense…

Triste mémoire

À notre retour de l’île-volcan, nous passons quelques douces heures à Carita. Nous en profitons pour visiter comme à notre habitude l’observatoire volcanique. Dans le cas du Pulau Anak Krakatau, la surveillance est installé sur la côte, à 40 kilomètres du volcan planté au cœur du détroit de la Sonde. Carita sera malheureusement l’une des villes les plus touchée par le tsunami qui suivra l’éruption totale du Krakatau le 22 décembre 2018, soit 4 mois après notre passage.

Laisser un commentaire