GABON

FILM ! DANS LA FORÊT GABONAISE
Durée : 9’56
SAUVEGARDE DES GORILLES

Le Gabon est un pays d’Afrique occidentale francophone dont l’exploitation pétrolière constitue aujourd’hui sa première richesse économique, suivie par l’extraction de minerais et la coupe de bois. Mais ce territoire est occupé à 80% par la forêt équatoriale et c’est pour sa faune méconnue que nous choisissons de nous y rendre…

L’ONG gabonaise PROGRAM accueille des éco-volontaires à Tchibanga dans le sud du pays. Sa mission de PROtection des GRAnds singes de la Moukalaba est basée sur 2 sites du Parc National Moukalaba-Doudou.

Après une courte nuit à Libreville et une très longue journée en taxi-brousse pour rejoindre nos guides-pisteurs Joly et Paul, nous oublions vite les premières impressions concernant les conditions difficiles de transport et de logement car nous voilà enfin en pleine nature. Silence, on traque ! 

Nous allons d’abord à Doussala où nombre de villageois s’impliquent dans la conservation de la forêt secondaire et l’habituation des gorilles. Ce village était très actif à l’époque de l’exploitation du bois puis les sociétés étrangères ont déserté et il reste aujourd’hui quelques structures abandonnées et une petite communauté tournée vers la forêt où rôdent éléphants et gorilles, entre autres. Les rares rencontres sont époustouflantes !

Nous rencontrons un incident lors du changement de site car un pont s’effondre littéralement sous le poids du 4×4… Hormis ce détail, nous rejoingons notre nouveau camp de base. Sur la rivière Mbani, nous suivons toujours Joly et Paul pour nos randonnées quotidiennes. La pêche, l’affût et la marche nocturne permettent de découvrir d’autres animaux comme les buffles, les crocodiles et même des traces d’hippopotames.. Ce site très sauvage a été récemment recensé par l’ONG et le premier inventaire faunique est en cours autour d’un camp éphémère entre forêt primaire et savane.

Nos oreilles sont encore pleines de souvenirs… Ce sont les brindilles craquant sous nos semelles qui dénoncent notre présence. Ce sont les cris parfois inquiétants des animaux, comme le grondement de ce gorille isolé de sa famille lors de notre passage, les singes répondant à l’aigle prédateur, les bébés crocodiles surpris par nos lampes frontales. Ce sont les chants lors du Bwiti, une fête endiablée autour du feu et des percussions (un aperçu à 4’16 »). Ce sont les chuchotements des pisteurs en Punu (dialecte local) ou en français pour nous montrer quelque chose ou nous transmettre des consignes. Ce sont les sons de la forêt qui restent peut-être plus encore que les images cette fois.

Enfin, un hommage aux femmes de Doussala et à nos pisteurs pour leurs talents culinaires qui participent à nos délicieuses soirées : le poulet Nyembwé (sauce aux noix de palme), les bananes plantains et le manioc sous toutes ses formes, un vrai régal !

Parc Moukalaba Doudou – Gabon – Juin 2017

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *